Les tapas

L'Espagne et l'Andalousie

Les tapas

Indissociables de la culture espagnole, elles se dégustent traditionnellement accompagnées d’un verre de vin ou d’une bière.
Apéro ou dîner complet, en fixe dans le même bar à tapas ou en itinérant à travers la ville, chaudes ou froides, a la plancha, en brochettes, en croquettes, en cassolettes …
Elles sont la représentation miniature des gastronomies régionales.
Poissons, viandes, fruits de mer, charcuterie, petits légumes, crudités tout y passe.
Chaque village a son concours ou sa route des tapas dans lesquels les cuisiniers et cuisinières rivalisent de finesse et de créativité. Les gourmands affluent aux comptoirs des cafés, les marmitons se démènent dans leurs cuisines surchauffées. Les débats animés sur la saveur, l’odeur, l’aspect de chaque tapas résonnent jusqu’au bout de la nuit…

Par chez nous, de 60 cents à 1,50 euros, la régalade est bon marché !


Les origines données aux tapas semblent presque aussi variées que les tapas elles-mêmes :

Le roi Alpfonse X, souffrant, se vit prescrire du vin. Pour éviter les effets de l’alcool à jeun, il mangeait des petites portions de nourriture.
Après son rétablissement, il aurait décidé que le vin devait se servir avec un en-cas afin de limiter l’ébriété des consommateurs.

Elles seraient le casse-croûte des paysans qui en attendant l’heure du déjeuner le trouvaient meilleur accompagné d’un verre de vin.

Suite à un courant d’air, quelques tranches de jambon et de pain auraient servi à l’aubergiste accueillant le roi Alfonse XIII à boucher (tapar) les verres pour éviter que les poussières et le sables n’y tombent.

Une autre variante :

Cette façon de présenter la nourriture viendrait d’une coutume consistant à faire goûter un plat en en présentant une bouchée sur le couvercle (tapa) de la marmitte.