David Barish

Histoire du vol libre

David Barish

Né en 1921 dans le New Jersey, David Barish est le véritable père du parapente.

Il entre dans une vie aérienne dès 1939 en intégrant un programme de formation de pilotes proposé par le gouvernement américain. Successivement pilote de ligne, pilote de chasse, instructeur, pilote test, il devient aussi ingénieur en aéronautique.

Dans les années 50 il travaille en tant que consultant pour l’US Air Force et la NASA sur la conception de parachutes.

En 1955 il met au point le Vortex Ring, un parachute constitué de quatre ailes souples en rotation autour d’un axe qui est toujours utilisé par les militaires américains. 

Le Sailwing

Au début des  années 1960 Barish cherche à développer un nouveau design de parachute pour le rendre plus maniable, plus léger et lui donner un plané.
Cette recherche aboutit en 1965 avec le « Barish Sailwing », développé à l’origine pour  la NASA afin de ramener les capsules spatiales sur la terre.
Mais les capsules pèsent 5 tonnes et nécessitent des parachutes de 30 mètres d’envergure. Il en fait donc des maquettes de différentes tailles qu’il teste avec son fils. Le Sailwing est une aile à double surface, rectangulaire composée de 3 lobes qui en se gonflant rigidifie le bord d’attaque.

L’année suivant il passe à 5 lobes afin d’améliorer le plané de la machine. Il emprunte aux cerf-volants l’idée des suspentes et le réglage de leur taille. Le parapente est né !

Pendant l’été 1966 il se lance dans la promotion de son invention dans les stations de ski américaines, mais ne rencontre pas le succès escompté.

 C’était sans doute trop tôt ! précise David Barish. A ce moment, le slope soaring,  c’était pour s’amuser. On ne savait pas si on pouvait voler en thermique ou dans le dynamique. On faisait des descentes de piste en rasant le sol, rarement à plus de trente mètres. Je me suis quand même mis plusieurs fois dans les arbres !
A partir de 1966 et pendant deux ans, dans le contrat avec la Nasa, j’étais en concurrence avec Rogallo. Il est venu un jour à la soufflerie pendant mes tests. Il n’a rien dit mais semblait très intéressé. En fait, nous avons tous les deux construit ce qui sera appelé plus tard un parapente. L’Air Force a organisé une journée de démonstration des différents projets en Californie. C’est là que la finesse de 4.2 de mon aile a été mesurée. Une semaine plus tard, le commandement décidait d’abandonner tous les projets utilisant des parachutes. Ils changent d’avis parfois!

Il faudra attendre un bonne vingtaine d’années avant que Barish puisse constater la portée de son invention et le développement du parapente aux Etats-Unis, en Europe et notamment à Mieussy…